vendredi 21 novembre 2008

Marginalité politique: l'oeuf ou la poule?

(via Banc d'essai) Depuis des mois, voir depuis la dernière élection, Québec solidaire plafonne à 4% d'intentions de vote. Bref, le petit parti «de gauche» rivalise avec la marge d'erreur. Ceci expliquant peut-être cela, voilà que les derniers chiffres d'Influence communication nous apprennent que les médias ont réussi le tour de force d'en parler encore moins que ce que commanderait leur «poids relatif» dans l'opinion. En effet, le «poids média» des portes-paroles des solidaires dans la présente campagne est de... 1,71%. Ça ressemble fort à ce que les anglophones appellent une «self-fulfilling prophecy»: les intentions de vote sont proches du néant, donc les médias n'en parlent pas, donc le score final est proche du néant.

Notez bien, la situation s'est détériorée depuis les dernières élections. À l'époque les intentions de vote pour QS étaient de 5%, leur poids média avait été de 6% et ils avaient récolté 3,5% dans l'urne. Au train où vont les choses, ils devraient avoir 0,9% cette fois. Et rendu là, comme les solidaires n'auraient plus d'argent pour envoyer des communiqués(*), les médias auraient une bonne raison de ne plus en parler du tout.

(*) Ça prend au moins 1% des voix pour recevoir du financement étatique.

3 commentaires:

Le Dubois a dit…

Pour le 1% ça devrait être correct. QS annonce aujourd'hui présenter 122 candidat-e-s sur 125 comtés.

En 2003, l'Union des forces progressites avait obtenu 1,06% des votes en ne présentant que 74 candidat-e-sé. Leur couverture médiatique était à peu près inexistante.

François G. Couillard a dit…

Encore plus aberrant à mon sens: La Parti Vert a le double de la faveur des gens que Québec Solidaire (7%) et on en entend encore moins parlé que QS! Faut le faire.

Nicolas a dit…

Ouin, mais le parti vert c'est un label. C'est pas pareil. Ils ne ferraient pas campagne dutout qu'ils obtiendraient une part au moins des votes.

Il y a certes des écologistes sincères dans leurs électeurs mais j'ai l'impression que c'est une façon d'annuler pour certains.