lundi 26 novembre 2012

PPU Saint-Roch: l'(A)telier réclame le droit à la ville

La ville de Québec prépare un gros plan d'urbanisme pour Saint-Roch. Un PPU, c'est à dire un ensemble de décisions qui détermineront l'architecture, le transport, le tissu social, la trame urbaine pour les prochaines décennies à venir.

Le processus est accompagné d'une seule et unique consultation publique le 27 novembre.

Le PPU est problématique notamment car les tenants et aboutissants sont déjà déterminés par les élites municipales sans consultation des principaux intéressés: les citoyens et citoyennes du quartier.

Histoire d'apporter un point de vue critique sur ce processus et pour soulever certaines idées, le collectif anarchiste l'(A)telier rend public un document qui sera distribué pour l'occasion que vous pouvez consulter ici. Nous invitons également tous les militantes et militants à assister à la consultation publique le mardi 27 novembre 19h au Club social Victoria (près du stade municipal). 

vendredi 2 novembre 2012

Artiste sous le joug d'une justice intégriste

Le chanteur et guitariste polonais Adam Darski (alias Nergal) risque deux ans de prison pour avoir, lors d'un spectacle de son groupe Behemoth, déchiré une bible en le qualifiant de «livre plein de mensonges». Il avait aussi qualifié le christianisme de «culte le plus meurtrier de la planète». Ces gestes avaient eu lieu lors d'un spectacle du groupe, en 2007 à Gdynia en Pologne.

Adam Darski avait déjà subi un procès pour atteinte aux préceptes religieux en 2011 et il avait été acquitté. La Cour suprême polonaise a statué qu'il y avait peut-être eu un crime qui fut commis et cela a entrainé le retour en cour de l'artiste. Celui-ci risque deux ans de prison (peine maximale). Il reviendra à la Cour du district de Gdansk de statuer sur la culpabilité ou la non culpabilité de ce dernier.

Cette cause démontre la main mise qu'ont les extrémistes chrétiens sur la justice et la politique en Pologne. C'est à se demander si ce pays ne vit pas encore au Moyen-Âge ! Si cet artiste est reconnu, ce sera donc la preuve que l'Église catholique polonaise peut se permettre d’enfreindre la liberté d'expression dans ce pays. Ce serait un recul très grave ! Car l'extrémisme religieux et la liberté n'ont jamais fait bon ménage !

vendredi 12 octobre 2012

À bas les frontières!

Nous sommes forcés d'annuler le concert de David Rovics puisque nous n'avons pas (encore) été en mesure d'abolir les frontières... Eh merde. Pour ma part, je vais quand même aller boire une bière à l'AgitéE et je vous invite à faire de même! On aura juste pas de chanteur folk anarchiste américain avec nous... Sniff.

vendredi 28 septembre 2012

Folk libertaire à Québec

Indie, protest-folk - davidrovics.com




Avec JUN BUSTAMANTE

Indie, folk jazz with a hint of hiphop and electronic - www.junonlines.us




12 octobre 2012

20h à l'AgitéE (251 rue Dorchester)




10$ (7$ en prévente)



Partagez l'évènement Facebook...



Découvrez David Rovicks (une playlist de chansons)...


















samedi 15 septembre 2012

Aspects de la fausse vie

Signé Alex Fatta.

jeudi 6 septembre 2012

David Rovicks à Québec



Breaking news: David Rovicks va casser la baraque à l’AgitéE le 12 octobre prochain. Manquez pas ça.

dimanche 22 juillet 2012

Non aux mesures néolibérales


C'est sous le thème de l'anti néolibéralisme que s'est amorcé aujourd'hui la manifestation mensuelle de la grève étudiante à l'initiative de la CLASSE. La manifestation vise à dénoncer la hausse des frais et la loi 78.
Le trajet de la manifestation n'a pas été remis aux policiers. Cette décision va à l'encontre du règlement municipal et de la loi 78. Malgré la promesse de la police au début de la marche de ne pas fournir d'escorte, celle-ci était bel et bien présente. Il n'y a pas eu d'arrestations.
Des manifestations ont eu lieu simultanément dans d'autres villes (Montréal et Trois-Rivières notamment).

vendredi 20 juillet 2012

À propos de l' ''anarchisme'' de la CLASSE

Repris de nos camarades du collectif UCL de Montréal : Un article publié par un camarade dans Le Devoir d'aujourd'hui,  en réaction à un autre article écrit quelques jours plus tôt.

Quelle ne fut pas ma surprise en lisant Le Devoir du 11 juillet de tomber sur la lettre signée par Louis Fournier, ce « vieux de la vieille ». Monsieur, qui se plaît à rappeler son statut de journaliste et de syndicaliste, nous offre un charmant petit billet… antisyndical et bien peu journalistique !

dimanche 15 juillet 2012

Tournée canadienne sur le mouvement étudiant québécois

L'UCL prépare sa participation à une tournée pan-canadienne dont nous publions ici les détails dans un communiqué traduit du site de Prairie Struggle.

Chers camarades,
Depuis le début de la grève étudiante au Québec, les membres de l'organisation Prairie Struggle avec la collaboration de Common Cause, l'Union communiste libertaire et l'IWW, ont travaillé à la mise sur pied d'une tournée pancanadienne sur le sujet. Cette grève, qui a démontré une fois de plus la puissance massive, combative et démocratique du mouvement social, est quelque chose qui ne vient pas souvent dans l'histoire canadienne et exprime des stratégies politiques qui sont grandement nécessaires dans le reste du Canada. Les luttes et les principes d'organisation démontrés dans cette grève sont des exemples de ce que les anarchistes à travers le Canada devraient s'efforcer à partager et à apprendre, comme nos camarades du Québec l'ont fait, en raison que ses principes fondamentaux qui sont proches des nôtres.
Le but de la tournée de conférences est de donner un regard en profondeur des raisons pour lesquelles les politiques radicales du Québec ont pris la forme d'un mouvement d'action directe capable de poser une menace réelle à l’État et ses partisans capitalistes. Il se penchera sur «le syndicalisme de combat» et les stratégies utilisées pour lutter contre la législation, la répression et les pratiques anti-syndicales mises de l'avant contre la lutte. En outre, nous discuterons d'une analyse anarchiste de la lutte et pourquoi les anarchistes sont impliqués dans son ensemble.
Cette tournée de conférences servira également à démystifier le fétichisme de la culture politique québécoise comme étant intrinsèquement combative en montrant que les racines d'une lutte réussie réside dans l'organisation sur des lignes directement démocratiques et la construction de la combativité et de la solidarité.
Plus d'informations bientôt.

dimanche 1 juillet 2012

Hommage à la reine d'Angleterre

Ne voulant pas être en reste face aux effusions d'enthousiasmes causés par la Fête du Canada, le collectif l'(A)telier vous offre quelques échantillons d'art urbain en hommage à la reine.


Voir sur flickr

jeudi 28 juin 2012

Quelques réponses sur le PPU de Saint-Roch

Le 21 juin avait lieu une séance d'information sur le programme particulier d'urbanisme de Saint-Roch. En dehors du visionnement des documents qui sont disponibles sur internet, le public a posé une batterie de questions dont les réponses sont très éclairantes.

La présentation était réalisée par François Picard, vice-prés de l'exec de la ville, la conseillère Chantal Gilbert, élue de la Cité Limoilou et deux architectes.

mercredi 27 juin 2012

Détournement nécessaire

L'original

Il n'y a pas de doutes, on est bel et bien en période pré-électorale. Les fanas de la démocratie du petit bulletin dans l'urne commencent à s'agiter dans leur entreprise de culpabilisation bancale. À chaque élection, la même routine.

En gros, disent-ils, si on a un gouvernement de merde, c'est à cause de ceux qui ne votent pas.

Désolé de vous l'apprendre, mais aucune élection n'a empêché un gouvernement de merde d'être élu.

À se (re)taper
La grève des électeurs d'Octave Mirbeau
Le vrai changement de l'UCL
Le vieillard et l’âne (Archet)

vendredi 22 juin 2012

Une voix, 10.000 fois non


Grosse manif nationale à Québec aujourd'hui. 10,000 personnes se brulent la peau au soleil et se brisent la voix en criant.

Les marcheurs et marcheuses n'ont pas emprunté le même trajet que celui remis à la police.

jeudi 21 juin 2012

Place Jacques-Cartier: dehors les pauvres!

Les esquisses présentées dans le programme particulier d'urbanisme (PPU) ont de quoi surprendre. En lieu et place de l'actuelle place publique, où tous les exploités se retrouvent pour flâner, solidariser et discuter, on prévoit construire une tour de 16 étages.

« C’est le cœur de Saint-Roch; alors, au lieu d’avoir quelques rats comme il y en a actuellement, on veut une place moderne, très animée, très techno » a souligné l'ineffable maire Labeaume hier pour ajouter « On veut que les gens y vivent, en plus d’y travailler ».

La personne avisée s'inquiètera d'un certain esprit du temps qui, dans souci effréné de modernité, pille le passé et bloque l'accès à une classe de gens qui ne cadrent pas dans une certaine vision du développement.

Pourtant le quartier Saint-Roch a toujours appartenue à une classe sociale populaire, notamment ouvrière. Elle est 100 fois plus légitime d'occuper l'espace que tous les parvenus qui arrivent pour se tailler une place dans le "nouvo Saint-Roch 2.0 technoculturel".

mercredi 20 juin 2012

Manif du 22 juin


L'histoire de Linda

Linda n'a pas trop le profil d'une militante enragée. À la voir, on jurerait une ancienne fonctionnaire désormais à la retraite. Ou une ancienne femme au foyer dont les enfants ont depuis longtemps quitté le domicile.

Pourtant, c'est bien ce genre de personne que la répression contribue à radicaliser. Mieux que mille conférences ou 100,000 copies de Cause Commune. Au Québec en ce moment, on transforme des gens sans histoire en révolutionnaires.

PPU de Saint-Roch: un peu plus haut, un peu plus laid

La ville de Québec vient de rendre public les détails pour un grand chantier: le PPU de Saint-Roch.

On y relève le caractère "désuet" de la trame urbaine. Surtout celle de petite dimension.

Mais c'est lorsqu'on regarde les esquisses de la nouvelle Place Jacques Cartier, où se trouve la bibliothèque Gabrielle-Roy, que la gueule nous tombe.

mardi 19 juin 2012

Règlement liberticide adopté: l'hôtel de ville occupé

Le Québec fait honte internationalement. L'ONU, la Ligue des droits et Amnistie internationale condamne la loi 78 qui suspend le droit de manifester pacifiquement. Dans une frénésie répressive, la mairie de Montréal adopte une règlement antimasque.

dimanche 17 juin 2012

Grafs anars en ville

Des graffitis dans les quartiers centraux font parler d'eux.

 Comme celui-ci, sur un futur immeuble à condo, dans le blogue monlimoilou.com.

La grève est étudiante, la lutte est familiale

La manif familiale d'hier s'est déroulé dans la joie et la bonne humeur malgré un imbroglio avec la police. Les marcheurs et marcheuses ont pu profité d'un soleil splendide pour dénoncer l'injuste hausse des frais de scolarité.

vendredi 15 juin 2012

Mise en demeure s'explique


Notre réponse écrite au Journal de Montréal

par Mise en Demeure, 12 juin 2012, à 23:49 ·
C'est Daniel Renaud, journaliste au Journal de Montréal, qui, le premier, fit éclater au grand jour le scandale qu'on appelle maintenant le Khadirgate. Effectivement, c'est en publiant un article intitulé Charest mort aux pieds de Khadir (1) qu'il a dévoilé l'une des plus importante preuve de copinage entre les milieux politiques et culturels ainsi que solidaires et anarchistes.

lundi 11 juin 2012

#manifencours du 11 juin 2012

Environ 500 étudiant-e-s et casseroleux confondus ont marché ce soir en dénonciation de la hausse des frais de scolarité et de la loi 78. Il s'agit de la 43e manif nocturne consécutive.

samedi 2 juin 2012

La manipulation au bout du col

Le populiste animateur de radio du 93.3, Sylvain Bouchard, lance un mouvement politique nommé le Rassemblement des cols rouge (RCR).

Ça, c'est ce que le 93.3 et les médias traditionnels essaient de vous faire croire.

#casserolesencours et #manifencours du 1er juin 2012



Le Journal de Québec dit que le mouvement s'essouffle et que nous n'étions que 200 vendredi soir à la manif de nuit. À vous de juger...

Deux pour le prix d'un : vidéo du concert de casseroles en haute-ville et de la 32e manif de nuit.

vendredi 1 juin 2012

#manifencours / Québec / 31 mai 2012



Marche de santé illégale contre la hausse et la loi 78

Vidéo Phébus sur un fond musical de Keny Arkana

mardi 29 mai 2012

Courir après le trouble

Est-ce que la couronne est consciente de ce qui risque de se produire si Gabriel-Nadeau Dubois, le co porte-parole de la CLASSE est emprisonné ? Le climat social au Québec ressemble déjà à une poudrière. J'ai comme l'impression que ça prendrait pas grand chose pour l'enflammer davantage. Ce procès est plus politique que judiciaire, considérant que les cours du plaignant Jean-François Morasse (un étudiant en arts visuels à l'Université Laval) n'ont même été bloqués par des lignes de piquetage dures, après qu'il ait obtenu son injonction.

La couronne a exigé que Gabriel Nadeau-Dubois subisse une peine de prison s'il est reconnu coupable d'outrage au tribunal. Est-ce que le (ou la) procureur(e) se souvient de ce qui s'est passé en 1972 lorsque les chefs syndicaux furent emprisonnnés ? Le gouvernement et le système de justice québécois courent après le trouble en ce moment. Avec tout ce qui s'est passé depuis le début du conflit entre les étudiant(e)s et le gouvernement; il me semble qu'exiger une peine aussi brutale pourrait avoir de graves conséquences.

samedi 26 mai 2012

De la spectaculaire hypocrisie policière

La flicaille renforce son contrôle sur les protestataires de Québec. Les organisateurs autoproclamés invitent désormais carrément la police à prendre la parole au micro au début de la manifestation quotidienne nocturne. Comme hier soir.
Le lieutenant Francis Pétrin s’était d’ailleurs adressé aux manifestants devant l’assemblée nationale afin de leur expliquer sa définition du respect de la Charte des droits et libertés. «Parfois, les intérêts collectifs priment sur les droits individuels», a-t-il formulé, en parlant de la sécurité des marcheurs et de la population en général. Un court débat a ensuite suivi pour finalement passer à un vote plutôt serré, remporté par les personnes en faveur d’obtempérer à la demande des policiers. Source: Le Soleil du 26 mai 2012
C'est juste incroyable. La police dénigre des lois défendant les intérêts collectifs lorsqu'il est le temps de nous réprimer pour aussitôt brandir ces mêmes lois, dans une pirouette impossible, pour nous empêcher de manifester.

Hey! L'intérêt collectif, c'est les étudiant-e-s, et de plus en plus de citoyen-nes, qui le défend en prenant la rue pour hurler leur colère pour une plus grande justice sociale!

C'est exactement l'intérêt collectif contre les droits individuels d'une élite qui est défendu lorsque nous rejetons les injonctions. C'est l'intérêt collectif qui est défendu dans les piquets de grève. C'est l'intérêt collectif qui est défendu lorsque nous nous battons contre l'augmentation des frais de scolarité!

En quoi est-ce que les marcheurs et marcheuses briment la "sécurité des marcheurs et de la population en général"? Fuck you! C'est pas aux flics de décider qu'est-ce qui représente l'intérêt collectif!

L'intérêt individuel, les forces du désordre se rendent coupable chaque jour de le faire primer sur les droits collectifs! C'est ça leur travail. Ils sont payés pour ça. Faire primer les intérêts d'une clique de privilégiés, c'est la leçon numéro un à Nicolette.

C'est aussi malhonnête que le gouvernement libéral qui nous dit, avec la loi 78, qu'elle "protège le droit d'étudier" tout en empêchant, avec la hausse, à 7000 étudiant-e-s d'accéder à l'éducation supérieure!

Ce renversement est d'une splendide grossièreté. Dans le même registre: Les étudiants sont violents. Les blocages empêchent d'aller à l'école. Nos chaines sont la liberté. Les manifestant-e-s briment les droits collectifs.

Mauvaise foi, mensonge, malhonnêteté. Les constables et le gouvernement nous en font une spectaculaire démonstration.

jeudi 24 mai 2012

Répression de masse pour une loi matraque

176 personnes ont été arrêtées cette nuit lors de la manif étudiante quotidienne. Il s'agit de la plus grosse arrestation de masse à Québec depuis le début de la grève. Les protestataires, souhaitant dénoncer la brutalité de la loi 78, en ont été les premières victimes.

La manifestation commence comme d'habitude à 20:30 devant l'assemblée nationale. Dès le départ, les constables ont déclarés la manifestation illégale. Le trajet n'a pas été remis à l'avance tel que l'exige la loi spéciale.
Les manifestant-e-s scandent "RTC collabo" à plusieurs reprises
Faisant fi des menaces, les manifestant-e-s descendent en basse-ville. Après une heure et demie de marche pacifique et festive, l'antiémeute se déploie sur la rue Dorchester.

C'est finalement rue Saint-Jean qu'une partie des protestataires sont pris en souricière. Aucun avertissement n'est émis par la police avant de procéder aux arrestations.

mercredi 23 mai 2012

Projection du documentaire AnarChroniques à Québec

Québec, 23 mai 2012 -- Le documentaire AnarChroniques, Chroniques d’un mouvement libertaire, sera projeté en compagnie des réalisateurs Fernando Garcia Blanes et Karine Rosso jeudi le 24 mai 2012 à 19h30 au café-bar l’AgitéE, à Québec.
Présentation du film 
Les productions nomades sont fières de vous présenter le film Anarchroniques, Chroniques d’un mouvement libertaire réalisé par Fernando Garcia Blanes et Karine Rosso. Les médias de masses nous présentent souvent une vision de l’anarchie reliée à la violence et au chaos. Mais encore, vous êtes-vous déjà demandés ce qu’est exactement l’Anarchie? Qui sont les hommes et les femmes qui s’en proclament? Quelles sont les initiatives libertaires au Québec?

Quoique peuvent nous dire ces grands médias, les anarchistes se retrouvent un peu partout au Québec et les principes de l’anarchisme se retrouvent souvent dans notre quotidien, sans que l’on s’en rende compte. 
Au-delà du mouvement libertaire, AnarChroniques mets en perspective beaucoup de «polémiques» tel que la diversité des tactiques, le vote, la consommation «responsable» et bien d'autres.
Bande annonce d'AnarChroniques: http://vimeo.com/28269303
La projection a lieu dans le cadre du Festival OFF de l’anarchie, une initiative du Collectif anarchiste l’(A)telier. La programmation complète est disponible en ligne à http://quebec-libertaire.blogspot.com


Jeudi 24 mai : film et soirée dansante

À l'AgitéE, 251 Dorchester

5 à 7 d'ouverture du Festival OFF de l’anarchie

19h30 Projection du film documentaire Anarchroniques avec les cinéastes Karine Rosso et Fernando Garcia Blanes - suivie d'une soirée dansante avec le collectif de DJ Zik not bombz

lundi 21 mai 2012

La manif tourne au vinaigre

Photo: Michaël P.
La manifestation quotidienne se déroulait comme un charme. Les quelque 300 marcheurs et marcheuses ont exprimé leur colère contre la loi 78. Le trajet sagement remis, la police n'a malgré tout pas pu s'empêcher de faire près d'une quarantaine d'arrestations sur la rue Saint-Jean, près du Sacrilège.

samedi 19 mai 2012

La liberté piétinée

La démocratie est taillée en pièce alors que le gouvernement libéral a adopté la loi spéciale, dite loi 78. Près de 3000 personnes ont répliqué par une manifestation hier soir pour dénoncer son caractère liberticide. C'est l'une des plus grande manifestation à Québec depuis le début de la grève il y a 15 semaines.

vendredi 18 mai 2012

Manifestation sur fond de loi spéciale

Une manifestation rassemblant environ 700 personnes a pris place devant l'assemblée nationale à 20h sous le thème "Une manif par soir, jusqu'à la victoire". Ce pourrait être l'une des dernières manifestation légale avant l'application de la loi spéciale dont les détails ont été dévoilé pendant le trajet.

jeudi 17 mai 2012

Les Éditions Ruptures publient «Réflexions libertaires sur les services publics»

De la Première Internationale à la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, de l’Espagne révolutionnaire aux grèves dans le transport en commun : des pistes pour réfléchir et dépasser l’apparente contradiction d’une défense anarchiste des services publics. 

Québec, 11 mai 2012 – Les Éditions Ruptures sont heureuses d’annoncer la publication prochaine d’un livre ayant pour titre Réflexions libertaires sur les services publics. Il s’agit d’une anthologie de textes rassemblés par le Collectif anarchiste l’(A)telier, de Québec.

Le livre de 90 p. sera disponible sur les tables de l’UCL au Salon du livre anarchiste de Montréal, les 19 et 20 mai, et au Festival OFF de l’Anarchie, à Québec, les 24, 25 et 26 mai 2012.

Lancement à Québec 

Réflexions libertaires sur les services publics sera officiellement lancé le vendredi 25 mai à 19h, à la Librairie Saint-Jean-Baptiste (565 rue Saint-Jean, Québec). Le lancement sera suivi d'un débat sur les services publics avec Serge Roy, auteur du livre Fonction publique menacée : le néolibéralisme à l'assaut des services publics, 1981 – 2011.

D’autres activités autour du livre auront probablement lieu à Montréal et Saguenay et seront annoncées ultérieurement.

samedi 12 mai 2012

Le retour des indignéEs

Le début du printemps en ville ça signifie le retour de deux choses: les odeurs de bouses et la crème glacée. Cette année, on peut ajouter à cette exhaustive liste le retour des indignéEs. Le "grand réveil mondial".

vendredi 11 mai 2012

Rectificatifs sur les liens entre la CLASSE et l'UCL

Plusieurs affirmations ont circulé récemment à l’effet que des anarchistes seraient actifs et actives dans le mouvement étudiant. Des liens entre la Coalition large de l’ASSÉ (CLASSE) et l’Union communiste libertaire ont en particulier été faits sur de nombreux blogues et journaux. Si certaines informations sont vraies, la plupart sont fausses et méritent quelques rectificatifs. Nous profitons de l’occasion pour remercier ces chroniqueurs qui nous offrent de nouvelles opportunités d’expliquer nos principes et notre approche des changements sociaux.

Une manif par soir

On a beau dire que Québec est une ville de fonctionnaires de droite, on l'aime pareil.

Et une raison pour laquelle on l'aime, c'est grâce aux étudiant-e-s.

10e manif de nuit


Et ça fait 13 soirs que ça dure. La 14e manif de nuit aura lieu lundi, et elle sera féministe!

jeudi 10 mai 2012

ABC de l'anarchisme, leçon #1: Les figures

ABCCamarades journalistes, vous avez besoin d'aide. Vous n'avez absolument aucune idée de ce qu'est l'anarchie. Vous n'avez pas pris la peine de lire toute la documentation, pourtant publique et largement disponible, prévue à cet effet.

Je comprend, c'est plus long qu'un communiqué de presse. Il faut même parfois faire un effort de réflexion. Et vous n'êtes pas payés pour ça.

Mais je ne vous blâme pas. À la vitesse où vos patrons sabrent dans vos emplois, on voit que vous travaillez dans l'urgence...

Allez, on oublie tout. On fait copain-copine. On recommence à zéro. Dans des mots très simples cette fois, je tâcherai d'expliquer pour vous de nouveau ce qu'est l'anarchisme. De l'anarchie de A à Z, on passera à l'ABC.

lundi 7 mai 2012

L’Union Communiste Libertaire vous invite au Salon du livre anarchiste de Montréal les 19 et 20 mai

 Les luttes sociales peuvent être de formidables laboratoires de la pensée critique, de l’expérimentation sociale et du développement d’idées libératrices. Ce bouillon, nous le sentons très bien avec cette grève étudiante. D’un côté, des policiers qui matraquent, arrêtent et gazent nos camarades; des juges aux mains tachées de partisannerie politique qui condamnent et ordonnent pour casser notre résistance; des politiciens et politiciennes corrompu-e-s et moralisant qui, de droite à gauche, tentent de cloisonner nos désirs dans le vase clos de la machination parlementaire; des patrons, des banquiers et des médias qui nous méprisent et qui applaudissent au son des matraques sur nos tibias. De l’autre côté, une lutte étudiante combattive non sans péril; un combat solidaire qui ne s’arrête pas à une simple hausse des frais; l’arrêt collectif de la reproduction d’une mise en scène où les places sont largement déterminées à l’avance; un espoir de soulèvement social – comme il n’y a pas d’opprimé-e-s, ni d’exploité-e-s, sans exploiteurs et oppresseurs.

De ces laboratoires a germé le courant politique historique qu’est l’anarchisme – le projet d’une société libérée des oppressions et de l’exploitation.

Cette année encore, à Montréal, aura lieu le Salon du Livre Anarchiste les 19 et 20 mai. Ateliers d’introduction à l’anarchisme et présentations plus en profondeur, éditeurs et éditrices et zines de partout en Amérique du Nord, salle de cinéma anarchiste, zone pour les enfants, salle de médias et de technologie,… Il s’agit d’un rendez-vous incontournable pour sentir tout le bouillonnement de la culture anarchiste et antiautoritaire.

jeudi 3 mai 2012

Invitation au Festival off de l'anarchie à Québec

Le Collectif anarchiste l'(A)telier vous invite au Festival off de l'anarchie, à Québec... N.B.: La programmation (ci-dessous) sera mise-à-jour au jour le jour sur le site spécial du Festival.

 

1. Le off du off

Samedi le 5 mai : Bloc des auteur-e-s anarchistes (Montréal)

À l'AgitéE, 251 Dorchester
5 à 7 de lancement du recueil de nouvelles anarchistes SUBVERSIONS vol II (trilingue, avec prefaces de Raoul Vaneigem & Marge Piercy). Musique et performance au menu.

 

 


 

 

2. Le Festival off :

Jeudi 24 mai : film et soirée dansante

À l'AgitéE, 251 Dorchester
5 à 7 d'ouverture
19h30 Projection du film documentaire Anarchroniques avec la cinéaste Karine Rosso et Fernando Garcia Blanes - suivi d'une soirée dansante avec le collectif de DJ Zik not bombz

Vendredi 25 mai : livre et débats

À la Librairie Saint-Jean-Baptiste, 265 rue Saint-Jean
19h Lancement du livre Perspectives libertaires sur les services publics suivi d'un débat sur les services publics avec Serge Roy, auteur du livre Fonction publique menacée : le néolibéralisme à l'assaut des services publics, 1981 - 2011

Samedi 26 mai : Conférences et ateliers

À l'AgitéE, 251 Dorchester
9h30 à 16 h La programation exacte sera dévoilée sous peu...


Une initiative du Collectif anarchiste l'(A)telier - ucl.quebec [ at ] causecommune.net

dimanche 29 avril 2012

Allô la police!

Nous publions le texte d'une camarade reçu par courriel. N'hésitez pas à faire de même vous aussi.

« Allô la police! »

La blague s’arrêtera ici.

Nous sommes dans une démocratie où la liberté de manifester prévaut sur le code de la sécurité routière. Mais comment faire lorsqu’une centaine de manifestants se retrouvent encerclés par des policiers, sous prétexte d’entrave à la circulation, et ne peuvent rien faire d’autre qu’attendre, parqués comme des vaches au milieu de la chaussée, n’ayant rien d’autre à brouter que leur indignation et leur incompréhension, dans le froid, sachant très bien leur droits bafoués, mais ne pouvant pour autant agir : n’être plus libre de ses actions, momentanément. On appelle qui lorsqu’on est victime d’un crime? La police! Et on appelle qui lorsqu’on est victime de la police?!

samedi 28 avril 2012

Les autres victoires de la grève

Je vais faire un Jean-François Lisée de moi-même et donner ma vision des petites conquêtes de la grève.

L'État nous emmerde

Charest n'en a rien à foutre du bien être des québécois-e-s. Son gouvernement est un conseil d'administration des classes riches. Rien de moins. Il prévoit 1,25 milliard d'argent public pour restaurer des sites pillés par des minières privées. 330 millions pour construire la route 167 au bénéfice d'une entreprise minière. Mais attention, pour les frais de scolarité, l'étudiant doit faire sa "juste part".

Dans ce conflit, les étudiant-e-s ont compris leurs intérêts de classe.

vendredi 27 avril 2012

C'est de la faute à Gabriel Nadeau Dubois!



Dédicace à nos amis droitistes.

Chanson de Luc Sasseville.

La police réprime une manifestation féministe

La police de Québec casse une manif féministe : 81 arrestations avec amendes à la clef. Vive dénonciation des mouvements sociaux.

Environ 150 personnes s'étaient réunies cet après-midi à Québec, à l'appel de la CLASSE, pour une manifestation nationale féministe visant à dénoncer «cette sale hausse sexiste». La foule était diversifiée, beaucoup de gars (pas très discrets d'ailleurs), des étudiantes féministes, des profs et leurs alliées grisonnantes des groupes populaires et des centres de femmes. Des poussettes, des marchettes et même la canne d'une non-voyante. C'était joyeux, quoi que très encadré par la police.

jeudi 26 avril 2012

L'ABC de l'anarchisme

Il arrive périodiquement que nous ayons à faire une mise au point à propos de l'anarchisme. À des médias droitistes ignorants qui y amalgament violence, Lénine et URSS, nous les invitons à faire l'effort intellectuel minimal pour commencer par cette question: C'est quoi l'anarchisme.

Et ça tombe bien bien parce que l'UCL publie justement une brochure intitulée L'anarchie de A à Z disponible dans son entièreté en ligne.

Nous vous proposons de commencer par « A » comme Anarchie. Bonne lecture.

mercredi 25 avril 2012

Un autre jour, un autre sit-in

Le Complexe G a été de nouveau occupé par les étudiant-e-s en colère cet après-midi. Ceux et celles-ci protestaient contre la mauvaise foi de la sinistre de l'éducation Line Beauchamp qui a exclu la CLASSE des négociations sur la hausse des frais de scolarité.

La manifestation spontanée, diffusée à une heure d'avis sur les réseaux sociaux, a réuni 300 personnes devant l'assemblée nationale. Après quelques mots, les étudiant-e-s se sont dirigés au Complexe G, siège du ministère de l'éducation, où se déroulent les négociations.

samedi 21 avril 2012

La justice n'est pas réservée qu'aux scabs

C'est rare que le système judiciaire est de notre bord. Depuis quelques semaines, des juges proclament des injonctions pour détourner les lignes de piquetage. Les manifestant-e-s se font remettre des tickets pour avoir "obstrué la voie publique", en flagrante opposition aux principes défendus par les chartes des droits.

Et si le système pouvait être utilisé par nous aussi?

Délirons ensemble!

Source de l'image : Moult Éditions

Il y a quelques années, la NEFAC, l’ancêtre de l’UCL, a donné un appui critique au syndicat de la rédaction du Journal de Québec, qui était alors en lock-out. J’ai personnellement écrit plusieurs articles dans Cause commune ainsi que sur des blogues anarchistes. Le premier mai 2008, le président du dit syndicat a même pris la parole dans un évènement organisé par des anarchistes au café-bar l’AgitéE. Si l’on suit la logique appliquée vendredi dernier par le chroniqueur Dominic Maurais («Les soviets de salon»), on pourrait écrire qu’à l’époque le syndicat de la rédaction du Journal de Québec était affilié à la NEFAC. D’ailleurs, Média Matin Québec était un journal gratuit, tout comme Cause commune, ce qui ne peut être une coïncidence…

L’affirmation que la CLASSE est affiliée à l’UCL parce que la fédération anarchiste appuie la lutte étudiante et que quelques sympathisant-e-s libertaires sont impliqué-e-s dans des associations membres de la CLASSE est ridicule à sa face même. En publiant de telles âneries, le Journal de Québec est tombé bien bas.



Nicolas Phébus,

Anarchiste communautaire de service (*) et membre de l’UCL



(*) Ce «titre» m’a été décerné en 2001 par une journaliste du Journal de Québec (qui a incidemment quitté le Journal pendant le lock-out, complètement dégoûtée par la tournure des évènements).

jeudi 19 avril 2012

Un prof souhaite donner son cours dehors: 49 arrestations

Désormais au Québec, chercher à s'instruire et réclamer ses droits pacifiquement est passible de tête écrasé sur l'asphalte, de genoux enfoncé dans le dos et de ticket salé. Oubliez le droit de manifester. Toute apparence de dissension est désormais interdite. Profilage politique, profilage racial, violence, intimidation. Tout cela est désormais chose courante au point où on risque de trouver ça rapidement banal.

Cet après-midi 13h au cégep Limoilou, 49 manifestant-e-s d'un groupe d'environ 300 ont été arrêtés pour avoir marché pacifiquement. Cette marche spontanée s'est produite après qu'une professeur de philosophie, Valérie Cayouette-Guilloteau, a annoncé sur Facebook qu'elle réaliserait "de plein gré un acte de désobéissance civile extrême". 

mardi 17 avril 2012

Propos dégueulasses à CHOI

Un homme désespéré menaçant de se jeter dans les eaux du fleuve St-Laurent, du haut de la structure du pont Pierre-Laporte a causé une fermeture de ce pont pendant trois heures, vendredi soir dernier. Un animateur de la station de radio CHOI Radio-X a fait la proposition suivante (afin de mettre fin à la fermeture du pont): «Deux gars avec un filet en bas et une carabine spéciale pour le faire tomber».

Ces propos m’ont complètement virée à l’envers; surtout que j’ai failli perdre un cousin par suicide il y a quelques années. Comment peut-on dire de telles choses et conserver son privilège de faire de la radio !? Ces paroles illustrent une banalisation de ce qu’est le suicide et de la souffrance vécue par les personnes suicidaires. Il semble que pour cet animateur, un acte de ce genre peut être pris à la légère. Je ne crois pas que de monter au sommet de ce pont pour ensuite menacer de se tuer soit une partie de plaisir. L'homme qui a commis ce geste souffre de maladie mentale et il avait grandement besoin d'aide.

Est-ce que l’on peut, au nom de la liberté d’expression, stigmatiser les personnes atteintes de maladie mentale et les rendre responsables de leur maladie ? Aux yeux des patrons de cette station de radio, il semble que oui. On dit que l'argent n'a pas d'odeur. Pour les propriétaires de cette station qui s'enrichissent avec des propos totalement inhumains; il semble également ne pas avoir de cœur.

Aujourd'hui comme hier, le fascisme ne passera pas!

Une lettre faisant l'apologie du fascisme a suscité de virulentes réactions cette semaine. C'est avec légèreté que son auteur, Bernard Guay, fonctionnaire du gouvernement du Québec, y préconise d'utiliser les méthodes fascistes des années 20 et 30 pour corriger les gauchistes. En réponse, 150 manifestant-e-s ont pris la rue aujourd'hui vers 14h pour réclamer sa démission et pour dénoncer le fascisme.

dimanche 15 avril 2012

Femmes innues contre le Plan Nord

Des femmes innues parties de Maliotenam, près de Sept-Iles, sont passés par Québec hier. Leur long périple pédestre les conduira vers Montréal pour le jour de la terre le 22 avril.

"Nous sommes les porteuses de la voix du peuple des Première Nations. Nous luttons pour la réappropriation de nos droits et de notre reconnaissance, pour qu'a l'avenir, il y ait un développement d'une société nouvelle qui soit juste et équitable!....

Démontrons tous que les Innus sont contre le Plan Nord.

Pour que nos enfants et les générations futures n'aient pas a subir ce que nous subissons!"

Vidéo de la manif


Pendant ce temps à Montréal, 40 000 personnes manifestent contre la hausse des frais de scolarité, prouvant que le mouvement n'a pas dit son dernier mot.

vendredi 13 avril 2012

Le PCQ se décompose sur le fil de départ

Il vient à peine d'être mis sur pied que le Parti conservateur du Québec (PCQ, à ne pas confondre avec LE parti) est déjà en train de se déchirer en querelles intestines.

Le chef intérimaire Luc Harvey a éjecté cette semaine son propre président, Jeff Plante, du parti.

On se rappelle que ce misogyne libertarien s'était fait mettre sur la bande de côté (appelé le dalots aux quilles) lors de la course à la chefferie de 2009 à l'Action Démocratique du Québec. Mario Dumont s'était même dissocié de son candidat lors des élections de 2007, après qu'il ait notammé affirmé qu'"on fait un genre d'apartheid où on bloque les hommes" dans la fonction publique.

La chicane
Luc Harvey justifie sa décision par une histoire de fonds utilisés illégalement. Jeff Plante est celui qui gère les argents reçus par le compte Paypal du site web du PCQ.

Parmi les dépenses louches il y a l'achat du dit site web. Dans l'urgence, Jeff Plante a contracté un travailleur philippin 355$ pour le réaliser. Un prix dérisoire. Le hic, c'est qu'il est illégal d'utiliser à la légère de l'argent reçu pour financer un parti politique.

Luc Harvey a donc remis le dossier dans les mains des inspecteurs du gouvernement pour faire toute la lumière de l'affaire. Un conflit entre les deux hommes couvait bien avant. "Je passe la moitié de mon temps à gérer Jeff Plante" à affirmé le cheuf à l'antenne d'une radio populiste.

Chargé de s'expliquer, Jeff Plante à plutôt affirmé qu'il s'agit d'une querelle de coqs. "Il est chef interimaire mais il fait tout pour rester le chef" a ajouté l'ubuesque farfadet.

Notons que le parti compte près de 450 membres, soit deux fois moins que la radio communautaire CKIA.

Dur dur la solidarité quand on ne prône qu'un individualisme exacerbé!

Remarquez, un parti très très très différent, Équipe Autonomiste, a été créé de l'agonie de l'ADQ. Mon petit doigt me dit qu'il fournira matière, lui aussi, à s'étouffer de gros rires gras dans l'avenir.

Un printemps anarchiste en mai

C'est un véritable tsunami d'activités libertaires qui auront lieu au mois de mai à Québec.

1er mai 
Une manifestation régionale et le traditionnel cabaret pour la Fête des travailleuses et travailleurs.

5 mai: lancement du recueil SUBVERSIONS, vol. II 
Le Bloc des auteur-e-s anarchistes est un groupe d'auteur-e-s anarchistes de fiction, basé-e-s à Montréal, comprenant des membres à travers le monde. Fondé lors du 11ème Salon du livre anarchiste de Montréal en 2010, le Bloc désire promouvoir les théories et les pratiques de l'anarchisme à travers la littérature.
En tant qu'auteur-e-s anarchistes, nous luttons pour une société égalitaire, verte, libre et autogérée, par la démocratie directe et l'action directe. La littérature anarchiste participe à cette lutte.

Le 5 mai de 17 à 19h à l'AgitéE.

24 au 26 mai: Fin de semaine de l'Anarchie
On vous propose plusieurs événements dans différents lieux de Québec dans le cadre du Festival de l’Anarchie, qui a lieu tout le mois de mai. 

- jeudi 24 mai, film/conférence suivi de DJ à l'AgitéE
- vendredi 25 mai, conférence suivie de musique à la Librairie Saint-Jean-Baptiste
- samedi 26 mai, ateliers à l'AgitéE

En attendant plus de détails, l'invitation se trouve par ici.

jeudi 12 avril 2012

Les coûts de la grève


Sources
Le coût de la grève étudiante
Ledevoir.com

Pour un 1er mai solidaire

Le 1er mai c'est l'occasion de commémorer la classe populaire via la Fête des travailleuses et travailleurs. Pour bien remplir votre journée, il y a une manif et un cabaret!

Manifestation régionale
C’est dans la rue que ça se passe !

Cette année encore, c’est à travers une grande mobilisation citoyenne que nous soulignerons haut et fort la Journée internationale des travailleurs et des travailleuses.

Nous vous invitons donc à participer largement à la grande manifestation organisée par les groupes membres de la Coalition de Québec et de Chaudière-Appalaches opposée à la tarification et à la privatisation des services publics.

La manifestation débutera à 11h45 au Parc de l’Amérique française.

Cabaret du 1er mai
Pour célébrer les travailleuses et les travailleurs du monde nous vous invitons à un grand spectacle avec discours et chansons.

Programmation
- Eve-Lyne Couturier de l’Institut de Recherche et d’Information socio-économique (IRIS)
- Sonia Brochet
- Stéphane Robitaille
- Cherie Mojo
- Gabriel Bouchard
- Barbe Hallé
- Mise en demeure
- Zik not bombz

Et plusieurs autres surprises vous attendent!
Dès 19h au bar-coop l'AgitéE, 251 rue Dorchester

lundi 9 avril 2012

Des élections dans l'air?

Entendez-vous ces grenouillements, ces éruptions, ces flatulences? Ce sont celles issues de la fermentation électorale. Déjà, les zélottes de la démocratie-des-petits-bouts-de-papiers-dans-l'urne s'agitent dans l'expectative d'élections. Prêts à s'effacer dans le vide sidéral à la manière de kamikazes, les sbires du Parti Libéral seraient prêts à se lancer sur le thème des droits de scolarité. La grève étudiante, dont l'agitation brule les pieds boudinés de Jean Charest, met le gouvernement dans une situation intenable. L’échappatoire semble idéal: balayer le problème sous une campagne électorale.

Nos camarades étudiant-e-s ne doivent pas succomber aux chants de sirène des élections. Seule la lutte paie! Pour ma part, voici ma stratégie électorale:

dimanche 8 avril 2012

Mouvement étudiant : L'UCL dénonce la répression et appelle à défier les injonctions


« Le mouvement syndical est né dans l’illégalité, il a grandi dans l’illégalité et il devra continuer de vivre en marge de la légalité qui favorise une minorité au détriment d’une majorité »
- Michel Chartrand, 1972

C'est en 1972 que le syndicaliste Michel Chartrand fait cette déclaration alors que le gouvernement tente de mettre fin à la grève du Front commun des employé-e-s de la fonction publique québécoise par une loi spéciale forçant leur retour au boulot. Heureusement, cette loi spéciale fut défiée par les syndiqué-e-s, les chefs syndicaux furent emprisonnés et le résultat fut le déclenchement de la plus grande grève générale de l'histoire du Québec durant laquelle des villes entières telles que Sept-Îles et Joliette furent mises sous contrôle ouvrier.

Aujourd'hui, devant l'ampleur du mouvement étudiant, le gouvernement, ses sbires et son aile jeunesse réunie au sein du Mouvement des étudiants (sic) socialement responsables du Québec (MESRQ) tentent actuellement la même stratégie de judiciarisation de la grève étudiante à grand coup d'injonctions visant à rendre la grève illégale. Les étudiantes et étudiants du Cégep d'Alma, de l'Université Laval et de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) sont déjà sous le coup d'injonctions et la menace plane pour plusieurs autres institutions. Au sein du mouvement ouvrier, ces pratiques sont déjà très fréquentes et il fut possible de voir les employé-e-s d'Aveos à Montréal et de Rio Tinto Alcan à Alma en être les victimes.

Depuis le début de la grève étudiante, la stratégie du gouvernement est d'envoyer sa police sur les manifestations et lignes de piquetage. Le matraquage, les arrestations et la judiciarisation des grévistes n'ont cependant pas réussi à ébranler le mouvement étudiant. L'État a donc décidé de s'en remettre au système judiciaire et de laisser des individus attaquer devant les tribunaux des décisions prises collectivement et démocratiquement (certainement beaucoup plus que les élections qui ont permis à Jean Charest de prendre le pouvoir) par un mouvement de lutte.

L'Union Communiste Libertaire (UCL) tient à rappeler que les tribunaux et la « justice » dans une société capitaliste comme le Québec sont tout sauf neutres. Ils ne visent qu'à faire appliquer les lois qui, elles, sont votées par les membres du parlement. Les tribunaux et la police ne sont, en fait, que les chiens de gardes des intérêts de la classe dominante qui les contrôle politiquement. L'UCL croit donc qu'il est primordial pour les étudiantes et étudiants ainsi que les travailleurs et travailleuses de ne pas tomber dans le piège juridique que nous tend l'État et de demeurer sur le terrain politique de la rue, là où il est possible de bâtir un réel rapport de force face au gouvernement et aux patrons.

Par conséquent, l'UCL appelle les étudiantes et les étudiants à défier ces injonctions et à continuer la grève. Il apparaît clair que si on veut être assuré-e-s de perdre à un jeu, il suffit de jouer avec celui qui choisit les règles. L'UCL appelle également les travailleurs et travailleuses en lutte à défier les tribunaux et à faire front commun avec le mouvement étudiant. C'est en bâtissant une réelle solidarité au sein de l'ensemble de la classe ouvrière qu'il sera possible d'arracher des gains face au patronat et à leurs pantins que sont les politiciens et politiciennes. Il est important de rappeler que chaque gain, chaque « droit » qu'a acquis la classe ouvrière fut d'abord et avant tout arraché en faisant fi de la loi et en cherchant à construire un rapport de force dans la rue.

Après plusieurs semaines de grève, la seule compensation que le gouvernement a donné au mouvement est une maigre bonification, si on peut la qualifier ainsi, au régime de prêts étudiants. L'UCL soutient que pour une victoire totale, il est primordial que la lutte soit étendue à l'extérieur du simple cadre étudiant et que les travailleuses, travailleurs, chômeurs, chômeuses, sans-emplois, retraité-e-s s'y joignent en solidarité. Bref, il est temps de parler de grève sociale au Québec, car il est important de ne pas oublier que nous formons, ensemble, une seule et même classe d'opprimé-e-s et que c'est l'ensemble de cette classe qui doit réagir quand une attaque est portée contre elle.

L'union communiste libertaire

mercredi 4 avril 2012

Marche étudiante: la police en mode répression

La police a donné toute son ampleur au mot "intolérance" aujourd'hui alors que deux contraventions ont été remis à l'occasion d'une marche étudiante pacifique.

mardi 3 avril 2012

Éducation alternative, éducation libertaire, quelles alternatives pédagogiques ?

Le collectif anarchiste l'(A)telier vous invite à un panel sur l'éducation le 11 avril à l'AgitéE.
Subvertir l’école, ce n’est pas seulement s’assurer de son accessibilité et se mobiliser en temps de grève, c’est aussi en transformer l’enseignement.

Alors que l’État impose sa Réforme pédagogique au système scolaire québécois, il est important de souligner qu’il existe des alternatives pédagogiques.

Unschooling, école libre, éducation libertaire, etc, voilà ce qui sera l’objet de débats lors de cette soirée. Marike Reid-Gaudet et David Gagnon viennent ici nous transmettrent leurs expériences et leurs réflexions sur ce domaine où les anarchistes se sont distingués à travers leurs critiques de l’enseignement traditionnel et leurs expériences.

C’est donc à la croisée de ces deux traditions, éducation libertaire et éducation alternative, qu’étudiants et étudiantes, parents, enseignants et enseignantes ou simples curieux ou curieuses sont invités à débattre.

Par
Marike Reid-Gaudet détient une maîtrise en sociologie de l'éducation.
David Gagnon est professeur de littérature au cégep Sainte-foy.

Au bar-coop l’AgitéE, mercredi 11 avril 2012 à 19h.

Une invitation du comité politique de l’AgitéE et du collectif l’Atelier

vendredi 30 mars 2012

L'art d'être contre la hausse

Les étudiant-e-s de l’école des arts visuels de l’Université Laval ont entrepris une action originale très pacifique ce matin Place de l'Université du Québec.
Ça bosse fort
Une dizaine d'étudiant-e-s ont remis aux passant-e-s des portraits d'étudiant-e-s. Chaque affiche était unique et fabriquée sur place.
Les images représentent des étudiant-e-s en toute simplicité
Les apprentis artistes ont voté pour la grève générale illimitée jusqu'à ce que le gouvernement ne se décide à négocier.
Du mobilier pédagogique contre la hausse dans l'école

L'action a commencé à 7h30 pour terminer vers 10h. Les militant-e-s souhaitent distribuer les images restantes aux passants de Saint-Roch. L'objectif est de se servir de ces oeuvres pour afficher son opposition à la hausse des frais de scolarité.
On compte aussi de nombreux enjolivements du mobilier urbain

Pendant ce temps (hier) à Montréal



Dans la ligne orange, on a même fait bruler une effigie grandeur nature de Jean Charest...

mardi 27 mars 2012

Manif des fédés détournée, le Complexe G occupé


Une manifestation platte des fédérations s'est soudainement enjolivée alors que des étudiant-e-s, ayant réellement à coeur la victoire contre les hausses de frais, ont préféré occuper le Complexe G.