dimanche 16 mars 2008

Conférence de l'usurpateur médiatique de mai 68, Daniel Cohn-Bendit


Un lecteur nous a fait parvenir ce texte. Ça concerne la conférence, à Mtl, de feu Dany Le Rouge, conférence dont nous avons parlé lors de la dernière édition radiophonique de Voix de faits. N'hésitez jamais à nous faire parvenir vos infos.

Pour en Finir avec Mai 68
Conférence de l'usurpateur médiatique de mai 68, Daniel Cohn-Bendit

Le propre de l'impuissance c'est de vouloir se répandre. Daniel Cohn-Bendit, ancien anarchiste sur lequel s'étaient tournés les feux de la rampe pendant les révoltes de mai 68 (et dont l'insignifiance avait été dénoncée dans "Enragés et Situationnistes dans le mouvement des occupations" publié quelques mois plutard) et qui, aujourd'hui, milite comme député à la droite du Parti Vert français, se proclamant lui même "libéral-libertaire", donnera, lundi le 17 mars, sa conférence "Pour en Finir avec Mai 68".

À l'évidence cette opération consiste à justifier une trajectoire politique - la sienne - qui commence à l'extrême gauche dans les années 60 et qui, de compromis en compromis, abouttit aujourd'hui dans le confusionnisme ni gauche - ni droite. Ce vieux monsieurs se sentant de moins en moins "dans le coup" voudrait voir "s'assagir" toute la gauche radicale afin d'atténuer le contraste entre son image médiatique de 1968 et celle que pourrait lui renvoyer aujourd'hui son ancienne famille politique.

En effet quelle motivation autre que ce narcissisme pourrait avoir celui dont la gidouille médiatisée a, pendant des années, représenté la révolution dans l'esprit des naïfs? Toute sa carrière politique lui étant dûe à cette célèbre photographie qui nous le montre nargant un C.R.S en mai 68, le viellard sent le besoin de simuler la cohérence, de faire passer pour maturité ce qui n'est en fait qu'opportunisme et décrépitude. Daniel Cohn-Bendit, qui est de ceux qui "tiennent pour intelligence l'usure de leurs facultés d'indignation"(1), voudrait voir le monde entier vieillir et pourrir avec lui.

(Sauf erreur de notre part, la négation de la nécéssité révolutionnaire ne fait pas vraiment partie de la mission que se sont choisie les Verts.)

Loin de nous pourtant la crainte qu'une telle entreprise ait le pouvoir de convertir les insoumis. Pour eux la nécéssité de faire cesser le massacre des corps et des esprits qui dure depuis des millénaires ne se questionne pas. Cohn-Bendit impressionnera uniquement les dupes (qui sont légion) mais n'aura pas plus de succès dans son entreprise de crétinisation que tous les autres serviteurs de la manipulation qui oeuvrent quotidiennement sur toutes les tribunes, dans tous les médias. Une goutte de plus...

Mais nous considérons comme une provocation cette conférence censée souligner le 40ième anniversaire des révoltes de mai, et qui plus est venant de celui qui en fut la fausse icône.

Ne lui donnons pas une foule béate, refusons à Cohn-Bendit la musique - pour lui agréable - des bêlements unanimes!


Alexandre Fatta

(1)Louis Scutenaire (surréaliste belge) : "l'Homme tient pour intelligeance l'usure de ses facultés d'indignation"

3 commentaires:

Joseph a dit…

C'est quand cette conférence, qu'on aille secouer les puces des vendus ?

Joseph a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

C'est ce soir à 19h00 à l'université de Montréal dans l'amphithéatre 1120, pavillon de la faculté de l'aménagement, 2940 Chemin Côte Sainte Catherine.

Désolé d'avoir oublié ce détail.

J'espère que ça va brasser!

Alex