lundi 23 février 2009

Une attaque contre le droit de grève et l'équité salariale

Contrairement à ce que l'on aurait pu penser, le gouvernement conservateur persévère dans sa volonté d'utiliser le budget pour miner le droit de grève et l'équité salariale. En effet, l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), principal syndicat des employéEs du gouvernement fédéral, a dû tirer la clochette d'alarme aujourd'hui au comité permanent des finances.

Selon le syndicat, le projet de «Loi sur l'exécution du budget» (le projet de loi C-10) aura des répercussions majeures sur les droits des femmes, des travailleuses et des travailleurs.

Dans son mémoire, l'AFPC met en évidence deux failles importantes du projet de loi :

La Loi sur l'équité dans la rémunération du secteur public empêcherait les travailleuses de la fonction publique fédérale de réclamer un salaire égal pour un travail d'égale valeur. Elle propose que l'équité salariale serve de monnaie d'échange à la table de négociation où l'employeur a toujours été maître du jeu. Elle interdirait aux syndicats d'aider les membres qui voudraient déposer des plaintes pour discrimination salariale. Le projet de loi C-10 ne corrigerait aucunement l'écart salarial qui existe entre les travailleuses et travailleurs de la fonction publique fédérale.

La Loi sur le contrôle des dépenses, qui prévoit des réductions de salaires, invaliderait certaines dispositions des conventions collectives négociées équitablement. Le projet de loi C-10 mine le droit constitutionnel à la négociation libre.


«Des porte-parole du gouvernement ont admis qu'il n'y avait aucune preuve que la Loi sur l'équité dans la rémunération du secteur public ferait économiser de l'argent au gouvernement. Alors, pourquoi l'a-t-on inclus au budget?», se demande John Gordon, président national de l'AFPC. «La Loi n'aidera pas l'économie et ne sauvera pas d'emplois. Elle empêchera les travailleuses de la fonction publique fédérale de réclamer un salaire égal pour un travail d'égale valeur. Il faut retirer cette loi du budget.»

L'AFPC exige donc que le Parlement retire la Loi sur l'équité dans la rémunération du secteur public du projet de loi C-10 et qu'il n'applique pas les réductions de salaires prévues dans la Loi sur le contrôle des dépenses. Reste à voir si les partis d'opposition, qui s'étaient entre autre opposé à ce type de mesure avant les fêtes, auront le courage de s'opposer au gouvernement pour défendre les droits d'un groupe de salariéEs qui ne gagnerait certainement pas un concours de popularité en ce moment.

1 commentaire:

Francois a dit…

Une autre mesure illogique et idéologique du gouvernement que l'on a.