mardi 17 février 2009

Back to the future: cabaret pour les 35 ans du journal Droit de parole

À peu près au moment de la prise de parole des militantEs de l'OCL sur l'autonomie et des expériences militantes québécoise dont il est question dans «On a raison de se révolter» (voir posts précédents...), naissait à Québec le journal Droit de parole. À l'époque, le besoin d'un journal pour raconter comme du monde les luttes du mouvement populaire se faisait sentir. C'était il y a 35 ans. Aujourd'hui, le besoin de prendre notre droit de parole est toujours aussi pressent. Évidemment, un tel projet carbure au jus de bras militant et nage dans les eaux troubles de la précarité financière extrême. D'où l'importance de célébrer, certes, mais aussi d'amener (un peu) d'argent neuf pour boucler le budget. D'où le cabaret militant de samedi prochain, où 15 artistes engagés s'unissent pour faire honneur au doyen de la presse libre de Québec.

Cabaret des luttes populaires
Samedi 21 février 2009, dès 20h
au Café bar l'AgitéE (251 Dorchester)
10$ en prévente, 12$ à l'entrée

Le mot de la fin à Marc Boutin, artisan de toujours de Droit de parole (dans le texte en «une» de l'édition courante):

En cette trente cinquième année de production, Droit de parole demeure un outil essentiel pour contrer tout ce qui tend vers l'apathie politique. Apathie qui chez nous bascule trop souvent dans un conservatisme réactionnaire et borné (pensons au FM 93), précurseur des pires dérives de l'autoritarisme. Face à cette tendance bien locale, Droit de parole doit, dans les limites de ses capacités et en tenant compte de sa mission auprès des groupes populaires, incarner une disposition révolutionnaire à l'écrit comme force pure et énergie intraitable.

Qu'on se le dise, et bon anniversaire!


(c'est beau l'enthousiasme de la jeunesse éternelle!)

2 commentaires:

Niala a dit…

Heu.. Nicolas, c'est samedi le 21, pas le 22...

Nicolas a dit…

Oups!