vendredi 26 septembre 2008

Votre temps de parole est écoulé...


Selon Influence Communication, une firme qui ausculte les médias, les téléjournaux de fin de soirée laissent un temps de parole de 15 secondes en moyenne aux chefs de parti pendant la présente campagne électorale. Le détail exact des chiffres est sur le blogue du Devoir.

Les chefs de parti ont donc 15 secondes pour vendre leur salade, moins de temps que la plupart des pubs! Remarquez, je ne dis pas qu'ils ont nécessairement quelque chose d'intelligent à dire. J'imagine que c'est un peu l'oeuf ou la poule: les politiciens s'en tiennent à des clips insipides pour «faire les nouvelles» et les chaînes de télévision ne leur laissent que l'espace pour placer «la phrase qui tue».

N'empêche, tu parles d'une information politique... Et après on se demande pourquoi nos voisins sont dépolitisés. Rappelons que la télévision est de loin la principale source d'information des occidentaux. Vous pensez que c'est mieux dans la presse écrite? Pas vraiment. Toujours selon Influence Communication, la presse écrite est le secteur médiatique où la campagne électorale prend le moins de place. Eh merde...

3 commentaires:

Francois a dit…

Du 29 septembre au 3 octobre, trois représentants de chaque parti politique fédéral sera en entrevue à l'émission du matin de CKRL 89,1 MF. Ce sera un espace d'échange et de débat politique. Toutes les entrevues dureront plus ou moins 45 minutes.

Notez que c'est juste à la radio indépendante qu'on peut avoir autant de liberté et de profondeur. Oubliez la télé.

Nicolas a dit…

Effectivement, la radio communautaire permet de faire plein de chose. Ceci dit, je ne peux m'empêcher de noter que c'est une régression. Dans le temps, Denys Duchesne avait réussi à installer une tradition de débat contradictoire pendant les élections. Il faisait les circonscriptions une par une et faisait débattre les candidatEs d'enjeux locaux et n'hésitait pas à les amener dans leurs derniers retranchements. Sauf que, petit à petit, les grands partis ont fait capoter la formule parce qu'elle était trop risquée. La formule a été enterrée lors de la dernière campagne à la mairie quand il est devenu clair que les deux favoris ne voulaient pas se prêter au jeu. C'est bien l'idée des entrevues mais c'est une conséquence de la couillardise des partis. D'ailleurs, je ne serais pas surpris qu'il soit extrêmement difficile d'obtenir certains candidats. À mon avis cette formule aussi risque de capoter si Raymond n'est pas complaisant.

Anonyme a dit…

I was able to find good info from your blog articles.
Stop by my weblog - diets that work fast