jeudi 13 septembre 2007

L'union libre en progression

Selon les derniers chiffres de Statistique Canada, le Québec serait le champion mondial de l'union libre. Voilà une mutation sociale profonde qui devrait réjouir les libertaires.

Le Québec change

Selon les données du recensement de 2006, le nombre de couples québécois vivant en union libre est passé de 7,2% il y a 20 ans à 34,6% aujourd'hui. En contre partie, un peu plus de la moitié des couples sont mariés (54%) alors qu'il y a 20 ans c'était 80%. Notons que, selon les analystes, les couples en union libre sont aussi «stable» et font autant d'enfants, c'est-à-dire pas beaucoup, que les couples mariés. Du côté des familles, il y autant de familles, une sur six, dont les parents sont en union libre que de familles monoparentales (encore dirigée à 80% par des femmes). Bref, le mariage fout le camp et la famille est en mutation.

Ces chiffres sont intéressants dans le contexte actuel du débat sur les «accommodements raisonnables». En effet, outre la xénophobie, plusieurs réactionnaires tentent d'utiliser ce «débat», comme celui sur le mariage des conjoints de même sexe, pour faire croire que les québécois sont heurtés dans leurs «racines catholiques». Considérant que le mariage, civil ou religieux, offre une protection et des avantages légaux que n'offre pas l'union libre (même pas reconnue légalement), il faut croire que les gens les ont vraiment loin les «racines catholiques»!

L'ordre moral battu en brèche

Ce qu'il y a de marrant c'est que cette évolution sociale va dans le sens de 150 ans de combats anarchistes contre l'ordre moral. En effet, «l'amour libre» a longtemps été un thème fort du mouvement libertaire... Jusqu'à ce qu'il s'inscrive de fait dans l'univers social. Évidemment, cela n'implique pas une évolution «anarchiste» de la société et il n'y a pas lieu de se faire triomphant mais, tout de même, c'est le signe du recul d'un certain contrôle social multi-séculaire.

Il y a des signes qui ne trompent pas, le Québec a bel et bien changé, les réactionnaires (et la gauche!) devraient en prendre bonne note. Le combat pour le maintien d'un ordre moral traditionnel et pour des symboles catholiques est définitivement un combat d'arrière-garde. Avec le temps, des espaces de liberté se sont imposés dans l'organisation sociale, c'est pas grand chose mais c'est déjà ça... Raison de plus pour combattre avec acharnement ces populistes qui voudraient nous faire tous et toutes revenir en arrière. Libertaires: relevons la tête!

3 commentaires:

Libertad a dit…

Le problème c'est qu'il n'y a pas grand chose de commun entre l'union libre et l'amour libre préconisé par les anarchistes du 19e et 20e siècle ( combat bien oublié aujourd'hui ). Car les anarchistes ne faisiant pas de différence entre mariage et union libre ( pratique déjà assez courante dans le milieu ouvrier ) qui avaient pratiquement les mêmes caractéristiques (hormis la cérémonie de mariage ). Ce que les anarchistes recommandait c'était la liberté de l'amour qui est bien étangère à l'union libre actuelle. En fait on constate plus un renforcement du couple, y compris dans des sexualités qui auparavant y étaient plutôt étrangères et le mariage devient même une revendication pour les couples homos. On est plus dans un renforcement de l'ordre moral qu'une émancipation de l'amour

Evelyne a dit…

Vous écouterez ma chronique "contre le couple" cette semaine à Ainsi squattent-elles!, jeudi 20h, en redifusion vendredi 14h00.

Nicolas a dit…

Pour ceux et celles qui ne le savent pas, Ainsi squattent-elle c'est l'autre émission libertaire qui passe à CKIA.

Petit rappel... On peut écouter CKIA en direct sur le site web de la station.