dimanche 11 mai 2008

Sondage: La fin de l'information à TQS c'est pas une grosse perte



Selon un sondage très scientifique, la fin de l'information à TQS c'est pas une grosse perte. C'est en tout cas l'opinion de 71% des lectrices et des lecteurs de Voix de faits. Un minorité de 16% croit toutefois que c'est du capitalisme sauvage, tandis que seulement 2% croit que c'est une atteinte à la démocratie. 4% des répondantEs croient toutefois que ce n'est tout simplement pas de nos affaires.

Le sondage a été effectué la semaine dernière auprès de... 42 internautes!

[Accessoirement, ça indique qu'il y a au moins 42 personnes qui lisent ce blogue... un progrès de 17 % par rapport au premier sondage ! ]

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Ça ne me surprend pas ce sondage, dans mon entourage élargi, plusieurs se contrecrissent de l'information TQS-Québec. La plupart disent même que si TQS veut être rentable, la station devrait se convertir dans la porno. Pas de danger que la SRC et TIVIA embarquent dans le crénau d'la porn.

Tsé une scene de baise (pas style bleu nuit, neunon, une vra!), c'est plus accrocheur qu'un reportage de Gérard Deltell

Anonyme a dit…

Parlant de porno, je sais pas si vous avez remarqué que ça passe juste le soir très tard, tandit qu'on peut voir des guns, des coup d'poing sua yeule, des têtes arrachées à toute heure du jour. Un choix de société qui en dit long sur nos contemporains. À bas le judéo christiannisme!

Blais a dit…

Pas une grande opinion sur le sujet, du moment que je n'écoute pas les nouvelles de TQS... Alors je n'ai pas voté, car plusieurs de ces réponses pourraient etre vrai... De 1, une source d'information de moins, c'est quand meme moins d'information, meme si cette source n'était peut-etre pas une grosse perte. Mais c'est aussi du capitalisme sauvage de congedier tant de personnes, quand on note que la grande majorité des emplois perdu étaient des emplois syndiqués...

Anonyme a dit…

Ok c'est pas drôle pour les emplois perdus, mais le capitalisme sauvage n'a rien voir avec les coupures de poste chez TQS. Malgré les craintes formulées quand à la rentabilité financière d'une troisième chaine généraliste dans le paysage médiatique québecois à l'époque , le fondateur à quand même persisté à ouvrir TQS et la dérape financière débuta, pour se terminer dans la débâcle que l'on sait.
autrement dit: y avait pas de place dans le marché mais on y va pareil. Bien sûr, ça chié en partant. Depuis TQS vivotait sur du temps emprunté. Le capitalisme sauvage n'a rien voir dans le foutoir TQSienne. La gaffe incombe aux gens impliqués dans le projet qui on fait abstraction des indicateurs négatifs. Crisse quand on y pense, trois salles de nouvelles dans la ville de Québec avec une population de même pas un million c'est énorme.

C'est quand même incroyable. Premier acte: Cogéco écoeuré d'essuyer des pertes cherche un potentiel acquéreur pour acheter TQS, n'en trouve aucun. Deuxième acte: Cogéco en a plein le cul de TQS et décide de rayer TQS de ses livres comptable et emprunte une somme d'argent pour faire tourner la boîte par une entité extérieur. Cogéco ce n'est plus son problème. en d'autres mots: Fuck all! Troisième acte: le nouveau gestionnaire par à la recherche d'acheteurs, ça ne se bouscule pas sur le perron. Il n'y a que trois offres et on accepte la meilleur (imaginez les deux autres...), celle de Remstar. Finalement ce dernier débarque avec son plan: Attachez ben vos tuques avec dl'a broche chers employé/es et actionnaires voici notre offre: On fait une razia de coupures de poste ce printemps pis à l'automne on élimine les services de nouvelles, entre temps nous on va gosser le CRTC pour faire modifier la licence d'explotaiton de TQS et finalement on offre 0,17$ dans piasse aux actionnaires. De kossé ke vous en pensez les zamis?...

R.I.P TQS ou Ti-cul-s pour les intimes