mardi 13 mai 2008

Moyen de pression inusité au Mexique

Une brève nouvelle dans Le Soleil d'aujourd'hui nous apprend que 900 policiers de Monterrey (nord du Mexique) qui étaient en grève hier pour dénoncer les retards de paiements des salaires, ont brandit la menace de joindre les rangs de la mafia comme moyen de pression. Ceux-ci arguent qu'ils n'ont pas été payés depuis six mois et que ceux oeuvrant pour le crime organisé le sont sur une base régulière. C'est quand même drôle de constater que des supposés défenseurs de la loi et l'ordre sont tentés de virer leur chemise de bord afin de forcer le gouvernement à obtempérer à leurs demandes. C'est une chose qu'on ne voit pas souvent et que nous ne sommes pas près de voir à Québec !

3 commentaires:

Francois a dit…

Autre moyen de pression inusité: Il y a quelques semaines certain secteurs de la police bolivienne était en grève. Certain d'entre eux ont menacés de faire... un suicide collectif! Parlez moi d'un moyen de pression peu banal.

Anonyme a dit…

François, à côté de ça, le Média Matin Québec, comme moyen de pression, paraît tellement banal :)

Nejm

Nicolas a dit…

J'avoue!