dimanche 24 mai 2009

André Gélinas la victime

Pour celles et ceux qui osaient encore l'espérer, non, le masculinisme n'est pas mort. Du moins pas encore. Les hommes castrés et les féministes vaginocrates n'ont pas su venir à bout de ce mouvement archaïque et complètement déconnecté de la réalité. Les hommes victimes de notre ô combien trop féministe société n'ont pas encore dit leur dernier mot. Le dernier en liste: André Gélinas. Ses derniers travaux aux titres évocateurs: L'égalité entre les hommes et les femmes: un piège à cons et La discrimination positive: privilèges aux femmes, discrimination envers les hommes.
Cette image est celle de la page couverture du "piège à cons" étiré sur deux tomes, plus de 1500 pages, rédigé par la victime André Gélinas. Intéressant, n'est-il pas?
Passons outre les critiques fondées faites par toutes les personnes ayant le temps et la volonté d'analyser les mascus et posons-nous plutôt une simple question: Pourquoi ce mouvement de retour au patriarcat hégémonique trouve-t-il encore aujourd'hui de nouveaux et de nouvelles adeptes? Doit-on émettre un constat d'échec ou se dire que c'est en train de se consumer à petit feu?
Il est évident que beaucoup de travail a été fait pour démystifier les mascus. Nous sommes tout de même passé d'une situation où ils tenaient (je ne féminise pas ici, puisque les femmes adhérentes à ce mouvement trouve le tout inutile de toute façon) le haut du pavé en passant dans les médias de masse comme l'équivalent du féminisme avec tout le positif que ça pourrait entraîner à ce que nous connaissons aujourd'hui, c'est-à-dire un mouvement affaibli et marginalisé. Mais pourquoi existe-t-il encore?
La réponse semble résider dans le fondement même du masculinisme: la victimisation du pauvre homme. Il doit s'adapter à tout, tout en subissant les affres d'un féminisme triomphant qui n'a fait que du tort aux mecs, selon eux.  Suivant cette logique digne d'un mauvais sketch d'humoriste, plus nous les attaquons, plus ils se sentent réconfortés dans leurs positions, prenant pour exemple sur toutes les tribunes qu'ils peuvent ces mêmes attaques. Ces individus s'organisent donc autour d'un seul et unique point de réflexion: homme = victime.
Les gamins ont de la difficulté à l'école: la faute au système "adapté aux femmes". Le divorce entraîne encore des procès où les femmes obtiennent encore quelques fois la garde des enfants: la faute aux juges "manipulés par les féministes". On pourrait continuer comme ça longtemps. Les mascus vont donc à la pêche dans ces pauvres hommes victimes.
Pour ce qui est du constat d'échec, je ne crois pas qu'il s'applique ici pour nous. Il n'y a plus personne de sérieux ou de bonne foi qui oserait encore dire ouvertement que le masculinisme est le pendant "homme" du féminisme. Il est aussi fini le temps où l'on entendait dire, dans les médias de masses, que les masculinistes sont légitimes et représentent un "cri du coeur" justifié des hommes. Nous faisons face ici à un  mouvement affaibli qui vaut toujours la peine d'être dénoncé.
Vous voulez en apprendre plus sur le masculinisme au Québec?
Le mouvement masculiniste au Québec, Blais Mélissa et D.Déry Francis, Les éditions du Remue-Ménage, 2008, 264 pages.

10 commentaires:

anarchopragmatisme a dit…

Je n'ai aucun problème à dénoncer les maqueuelinistes (expression créée par Gabrielle LD), mais IL FAUT AUSSI DÉNONCER LE FÉMI-FAVORITISME D'ÉTAT!

anarchopragmatisme a dit…

"La discrimination positive: privilèges aux femmes, discrimination envers les hommes."

Cette discrimination est systématique dans l'appareillage étatique culbécois. Il ne faut pas nier une telle évidence.

"L'égalité entre les hommes et les femmes: un piège à cons."

Gélinas exagère ici: il semble dénoncer le concept même d'égalité en droit. Je suis en faveur de cette égalité en droit, qui est nécessaire à la liberté humaine!

anarchopragmatisme a dit…

"Les gamins ont de la difficulté à l'école: la faute au système "adapté aux femmes"."

Ceci est la réalité! Il faut abolir l'école obligatoire.

"Le divorce entraîne encore des procès où les femmes obtiennent encore quelques fois la garde des enfants: la faute aux juges "manipulés par les féministes"."

D'accord avec vous sur ce point, sauf que le mariage étatiste doit être aboli pour éviter les abus. Des crottés (surtout des femmes mais aussi des hommes, je connais un joueur compulsif qui a ruiné son ex-conjointe par le divorce) profitent du système pour s'enrichir aux dépens de leur ex-conjoint ou ex-conjointe. Par contre, en ce qui concerne la garde des enfants, je ne suis pas d'accord avec les maqueuelinistes de Father For Injustice! À compétence parentale (en supposant que le parentage est valide, ce qui n'est pas le cas d'un point de vue anarchiste) égale, la priorité doit aller à la mère.

anarchopragmatisme a dit…

"Pourquoi ce mouvement de retour au patriarcat hégémonique trouve-t-il encore aujourd'hui de nouveaux et de nouvelles adeptes?"

Question pertinente en effet! Le patriarcat doit être détruit!

Sauf que les fémi-favoritistes ne remettent pas en question les institutions patriarcales. On l'a vu avec la positionn ridicule de Michèle Asselin...

anarchopragmatisme a dit…

"Il n'y a plus personne de sérieux ou de bonne foi qui oserait encore dire ouvertement que le masculinisme est le pendant "homme" du féminisme."

Le maqueuelinisme est le pendant masculin du fémi-favoritisme, par contre.

Farruco a dit…

Je crois qu'on a mis le doigt sur le bobo d'anarchomachin ici.

-"LE FÉMI-FAVORITISME D'ÉTAT"
-"Cette discrimination est systématique dans l'appareillage étatique culbécois. Il ne faut pas nier une telle évidence."
-"Ceci [système d'éducation adapté aux femmes] est la réalité!"
-"Le maqueuelinisme est le pendant masculin du fémi-favoritisme, par contre."

C'est bien beau les formules choc à 3 cents, mais c'est jamais appuyé d'exemples concrets non tirés par les cheveux.

Mais, ne t'en fais pas trop, t'es anonyme sur l'ouèbe et y'a rien à craindre des âneries que tu lances ici!

Pwel a dit…

"Nous faisons face ici à un mouvement affaibli ... "

Je pense qu'au contraire l'antiféminisme (dont le masculinisme fait partie) est fort, mais surtout, et c'est ça le danger, particulièrement insidieux. Les antiféministes n’ont pas à subir la réprobation générale, et le public leur est plus facilement sympathique. Ils peuvent prendre plus de place et ne sont pas aussi mal vus. Mais évidemment, il y a tout un spectre d’antiféminisme, et ils ne sont pas obligés de s’entendre entre eux.

Pire, l’antiféminisme peut se cacher en dessous d’un simili féminisme, ce qui fait que même des réactionnaires crient au nom de l’égalité des sexes.

On lâche pas!

anarchopragmatisme a dit…

http://anarchopragmatisme.wordpress.
com/2009/05/28/quest-ce-que-la-violence-etatique/

Ma réponse.

Pwel a dit…

Aucune chance que j'aille sur ton blog dude... On est aussi ben de faire ça en terrain neutre.

Anonyme a dit…

d'où tenez-vous qu'il est victime. Le connaissez-vous? est-il si mal de juste penser qu'un Ministre a la condtion Feminine pourrait être remplacer par un (ou une) minstre de la condition humaine. il a tenter d'en faire la demande auprès de la ministre, ellle n'a même pas daignée l'écouter.. Sinon, est-ce si mal de penser a un ministre de la condition masculine, a moins que je ne me trompes, il y a bien des hommes au Quebec, pourquoi ne peuvent pas avoir une voix?