jeudi 2 juin 2011

Mail Saint-Roch: On à la mémoire courte

L'histoire du mail Saint-Roch, c'est une drôle d'affaire. Pour certain, c'était un cauchemar. Pour d'autres, un chaud refuge. Pour moi en tout cas, ce n'est plus qu'un lointain souvenir... Pourtant sa destruction ne fut complétée qu'en 2007!

C'est le sujet de l'émission Tout le monde en parlait que l'on peut écouter en ligne.

C'est pas nécessairement un mauvais reportage. C'est bien de revoir des images et les témoignages des protagonistes de cette histoire. Mais c'est bizarre, le temps à le don de tordre la réalité dans l'esprit des gens. Loin d'être exhaustive, voici une liste de "détails" que le reportage "omet" de mentionner.

1. Les expropriations massives
La construction du mail fut précédée par des expropriations massives. On supprime près de 500 logements, essentiellement des familles à revenus modiques, pour les caser dans un odieux HLM à Limoilou, les tours Bardy. Les ménages seront très faiblement compensés.

D'autres projets de construction majeurs, comme les bretelles d'autoroutes Dufferin-Montmorency, éjectent davantage de familles.

2. L'enthousiasme n'était pas partagé par tous les commerçants
L'opération ne s'est pas initiée dans la bonne entente, la joie et les hip-hip-hip hourrah. Des habitants mais aussi de nombreux commerçants s'y opposaient. Le projet a été enfoncé dans la gorge de force par le maire Gilles Lamontagne, un ex membre de la Chambre de commerce, de concert avec de grands promoteurs. Les petits commerçants s'opposent par deux fois au projet, en 1968 et en 1970.

"La Ville, par l'intermédiaire de son Service d'urbanisme, ne craint pas de s'opposer aux petits commerçants, eux aussi victimes du bulldozer de la rénovation. Enfin, l'action du SUVQ vise à préparer le terrain pour la venue des grands promoteurs et des grands commerçants. (...) Le pouvoir politique municipal cherche à faciliter la fusion des intérêts des grands commerçants de Saint-Roch, pour qu'ils concentrent leur capital et renforcent ainsi leur capacité d'expansion" (Ezop-Québec (1981) Une ville à vendre, p. 314).

3. C'était le nouvo Saint-Roch prise 1
On construit le mail pour la même raison qu'on le détruira plus tard: Les ventes des gamasins périclites. Les commerçants de la rue Saint-Joseph et la ville perdent du cash. Le mail Saint-Roch vise à relancer le commerce et à gentrifier le quartier. En 2007, on détruit le mail pour la même raison.

Ce que le quartier traverse actuellement, ce n'est qu'un rock-n'-roll-gentrification-Noüvo-Saint-Roch prise 2! Pas étonnant que le quartier soit aussi démembré.

Le reportage passe donc à côté de ces "détails" relativement importants. Mais l'une des intervenantes prononce tout de même ces mots pleins de sagesse:
"quand qu'on est petit on se fait toujours écraser par les plus puissants. Ça fait que quand même qu'on dialoguait, quand même qu'on allait leur présenter des pétitions... Leur but c'était de le défaire ça fait qu'ils sont arrivés à leur but ils l'ont défait".
- Georgette Bouffard

La situation a-t-elle changée pensez-vous? Lors d'un forum urbain du Compop intitulé "Vivre au centre-ville", on faisait état d'un sondage auprès des gens de Saint-Roch. Celui-ci soulignait que ce que souhaite la population du quartier actuellement est: Un centre d'achat et un cinéma.

Pour les amateurs de la lutte des classes, (les luttes-de-classistes qu'ils disent dans les milieux militants) l'histoire du mail en fournit trois beaux exemples.

  1. L'opposition populaire avant la construction contre les gros bourgeois et la ville.
  2. Lorsqu'on cherche à démolir le mail au détriment des habitués. On le voit bien dans le reportage.
  3. Encore aujourd'hui, on nous badigeonne de novlangue ronflante avec des mots comme "mixité sociale". Mais voulez-vous bien me dire de quoi il est question? Cinq minutes sur la rue Saint-Joseph devrait convaincre n'importe qui de deux réalités bien distinctes. L'esprit avisé y verra plutôt une guerre de tranchée que se livrent deux classes. On le voit de façon éloquente avec le projet de piquerie supervisée: La population et de nombreux commerçants souhaitent son arrivée. Qui s'y oppose? Les gros poissons du capitalisme et la mairie!
Vivement le jour ou l'on bâtira les quartiers pour ceux qui les habitent. Vivement le bien-être des gens au dessus des profits. Vivement la fin du capitalisme.

Merci levetajupe.com!

Dans le même genre, lire Revitalisation ? Dépossession !
Quartier Saint-Roch, la renaissance du coeur urbain de Québec

3 commentaires:

spartatux a dit…

le flux rss du blog me donne des articles en portugais...

Anonyme a dit…

Petite précision : lors du forum dont tu parles, il a été question du besoin d'un magasin à rayon au centre-ville, pas d'un centre d'achat. Actuellement, il faut aller à Place Fleur de Lys ou à Sainte-Foy pour trouver un grand magasin.

ciao,
Mathieu

Anonyme a dit…

En fait, les gens allaient dans les centres d'achat pour le parking. Avec le mail, ce probl`me nÉtait pas complètement réglé.