samedi 8 décembre 2007

Arrestations et brutalité dans une manif à Sherbrooke

Via Reactionism Watch.

Samedi 8 décembre 2007 - Une manifestation contre la brutalité policière a été violemment réprimée aujourd’hui, en milieu d’après-midi à Sherbrooke. Les manifestantEs (environ une cinquantaine) ont marché près de 3 kilomètres en criant des slogants opposés aux pratiques agressives des policiers de Sherbrooke et de Montréal. Il y avait des gens de l’université et du Cégep de Sherbooke, mais aussi de Drummondville et Montréal.

Vers 13h00, des étudiantEs, pour la plupart, se sont rassembléEs au parc Racine pendant que le porte-parole de la manifestation a fait un discours sur ce qui s’était passé le 27 octobre à Sherbrooke. Petit rappel des faits : lors d’une action directe durant une manifestation contre la présence canadienne en Afghanistan, de la peinture rose aurait été tirée sur un char d’assaut face au manège militaire et six personnes, qui n’avaient pourtant pas participé à l’action, ont été arrêtées et ont reçu une amende de 5000$, et sont en ce moment accusées comme des criminelles.

Les manifestantEs se sont renduEs en direction du centre-ville et ont scandé des slogans contre l’État policier et la répression. Après avoir traversé la rue Alexandre, ils et elles ont continué sur le boulevard Belvédaire et ont traversé au coin de la bibliothèque municipale. Lorsqu’ils et elles ont passé devant le poste de police, des policiers habillés en anti-émeute sont sortis par surprise et ont commencé à courir après les manifestantEs. Ayant essayé de s’échapper, plusieurs ont été frappéEs par les policiers et mis en état d’arrestation. Plusieurs ont reçu des contraventions, d’autres vont possiblement être accuséEs. Il y a eu une dizaine d’arrestations.

5 commentaires:

BlackBloc a dit…

Il y avait des camarades de la NEFAC parmis les arrestations?

En solidarité.

Nicolas a dit…

À ma connaissance, cette fois si non. Mais des copains et des copines, ça oui. Des camarades présent-es sur les lieux pourraient donner plus de détails.

squat_now a dit…

Ya 6 personnes qui se sont fait arrêté:

seulement deux personnes de montreal, les autres du cegep et une personne de l'université Sherbrooke. Personne de la NEFAC. Il y avait pourant, bien des drapeaux anarco-communistes.

Les coches ont dit qu'ils arrêtaient des manifestants pour que la manif se dissolve.

Un des slogans de la manif de samedi dernier étant: Mathieu langevin 16-30!!
Nom(je me rappel pas de son nom, mais ca ressemblait à ca) du policier qui a dit a deux camarades du cegep de sherbrooke qui ont refusé de s'identifier dans la rue au debut de la session de retourner dans leurs pays!

À propos du tank rose, ils ont pas eu une amende de 5000, mais une accusation de mefait de plus de 5000$. Le fondement de cette lois c'est pas les dégats qui monttent a 5000$ mais l'acte sur un objet qui vaut plus de 5000$ à l'ocurence un tank blanc de l'ONU devant la maison des carabiniers de sherbrooke(explication d'une avocate).

Par contre, ils ont tout fait pour laisser croire que les couts des domanges allaient être vachement élevés. Ainsi, ils disaient qu'ils devaient prendre le tank, l'amener avec une grue(!) dans une usine pour enlever la peinture et le ramener avec la meme grue, ce qui aurait été une premiere dans l'histoire des multiples attaques colorées contre l'osti de tank. Un bon matin, y'était redevenu blanc. Mais on sait pas encore combien ca a couté.

Fait cocasse: lors de leurs arrestations, l'ensemble des policiers de sherbrooke se sont pointés de toute vitesse. Rendu sur les lieux ils disaient: pourquoi on les arrête? l'autre de dire: attends je vais aller demander. Et le chefs de répondre: tout le monde pour méfaits.

En cellule les coches on dit qu'ils voulaient parachuter les 12 en afghanistan, mais sans parachutes.

... a dit…

En plus de ces arrestations iol faut noter qu'une personne s'est faite menacé de se fair arreter lorsqu'elle voulait prendre des photos des arrestations sur le trottoir. Une autre personne s'est faite arreter pour la seule raison qu'elle prenait en note les numéros de matricules des flics

PinkLady a dit…

En fait la personne qui prenait les photos du trottoir s'est fait arrêtée et a la même poursuite que les 11 autres. De plus, ils n'ont pas le droit de communiquer entre eux d'ici au procès (qui est un procès ou chaque personne passe individuellement), sous peine de sanctions (ils ont du signer une promesse).

Un truc de fous!

p.s. le tank a pas bougé de là, ils l'ont repeinturé sur place