mardi 17 juin 2008

Des anarchistes changent le nom d’une rue du Vieux-Québec

Dimanche le 15 juin 2008, des membres de la Fédération des communistes libertaires du nord-est (NEFAC) ont souligné à leur manière le 400e anniversaire de la ville de Québec : ils et elles ont « débaptisé » la rue Saint-Paul, à l’angle de la côte Dambourgès, en la renommant « rue Édouard-Beaudoire ».

Qui était Édouard Beaudoire?

Édouard Beaudoire était un ouvrier et un socialiste d’origine française ayant participé à la Commune de Paris. Le 12 juin 1878, il fut tué d’une balle dans la tête par des militaires au coin de la rue Saint-Paul et de la côte Dambourgès. Beaudoire prenait part à une manifestation organisée en réaction aux mauvaises conditions de travail des ouvriers affectés à la construction d'édifices gouvernementaux.

Alors que la classe dirigeante de Québec, le maire Régis Labeaume en tête, s’apprête à offrir à l’armée canadienne le « Droit de cité », les membres de la NEFAC ont voulu rappeler par leur geste l’un des épisodes les plus tragiques de l’histoire des luttes ouvrières de la ville tout en dénonçant le rôle sanglant joué par les militaires dans la répression des revendications populaires. La vie et le combat d'Édouard Beaudoire nous rappellent que la lutte pour la justice et l’égalité reste plus que jamais une nécessité. Aujourd’hui comme hier, on a raison de se révolter !

Fédération des communistes libertaires du nord-est

video

10 commentaires:

Matthias a dit…

Bonne action!
On se verra le 3 juillet afin de continuer la lutte anti-militariste.

Anonyme a dit…

Est-ce que, d'après vous, cette musique à résonance communiste peut amener les gens à venir vous parler?

Libre à vous,
ciao,
Mic

Nicolas a dit…

Euh... C'est parce que c'est juste un truc pour se faire plaisir. Combien y'a de monde qui vont voir ça tu pense?

C'est à la limite du pastiche. Moi je trouvais ça rigolo de mettre A las barricadas (chant traditionnel du mouvement anarchiste espagnol) en background d'une mini-vidéo où on voit un des drapeaux rouges et noirs flotter au vent. Ça ressemblait déjà à un vieux film de propagande soviétique alors, tant qu'à faire, aussi bien y aller à fond et se jouer la totale. Non?

On a déjà une image d'ouvriéristes finis, aussi bien jouer avec. C'est comme quand on chante l'Internationale... Il faut apprendre à ne pas tout prendre au premier degré.

Anonyme a dit…

Pour en savoir plus sur la chanson en back ground, allez voir ici.

un copain montmartrois (côté pas touristique) a dit…

bravo les copains ! ça me rappelle en (f)rance il y a qq années on renommait des avenues "impasse du capitalisme"... mais donner un nom de rue à un "ancêtre" à nous qui y est lié historiquement c'est super, ça donne envie de faire pareil à Paris, de nombreuses rues méritent d'être renommées ainsi. Et je trouve la vidéo amusante, et au moins montre comme il est simple
de renommer une rue, tant pis pour ceux qui ne comprennent pas les clins d'oeil esthétiques au second degré.
ni dieu ni maître !

Jc a dit…

Un article parle de votre action dans le MédiaMatinQuébec du 19 juin.

Joseph a dit…

Très cool comme action, la symbolique est fucking éloquente, à plus forte raison 2 semaines avant le droit de Cité de merde...

Entk, j'espère ben qu'y faut pas le prendre au 1er degré votre trip esthétique CNT-FAI pcq faut avouer que je me suis cru dans les années 30 l'espace de quelques secondes...

BlackBloc a dit…

Un lien vers l'article mentionné.

http://www.mediamatinquebec.com/index.php?Section=Accueil&id=10480

Ah la la, ma bande de *vandalistes* vous autres. :P

On dirait *presque* que la ville cherche une excuse pour rendre votre action illégale. Mais voyons donc! Le gouvernement ne pourrait sûrement pas faire une telle chose. ;)

Anonyme a dit…

Très Bon! J'adore ce genre d'action symbolique. C'est plus important qu'on le pense les symboles!
Alex

Anonyme a dit…

Je crois que traditionnellement, partout au Québec, les mouvements nationalistes genre société st-jean baptiste ont une très grande influence sur les commissions de toponymie (organisme qui ont comme fonction de désigner les noms de rues, de places publiques, sur qui on ériges et ou on place les monuments et les statues. etc...

Ainsi, si les trotskystes, communistes, anarchistes etc... s'implantent dans les syndicats, les groupes populaires et les mouvements anti-guerre, nationalistes se sont implantés dans les commissions de toponymie.

Bravo pour cette action!