vendredi 23 décembre 2011

L'Église s'en criss des victimes !

Selon l'abbé Raymond Gravel, les hommes et les femmes ayant été abusé(e)s sexuellement dans leur enfance (par des prêtres) ne sont pas des victimes. Lorsque ces personnes décident de briser le silence et de faire payer l'Église catholique pour ces crimes, à ses yeux, ces dernières deviennent carrément des prostituées. Vous avez bien lu.

Depuis que la Congrégation de Sainte-Croix s'est engagée à verser de 10 000 $ à 250 000 $ aux victimes d'abus sexuels dans ses trois écoles de Montréal, Pohénégamook et Saint-Césaire, Raymond Gravel est furieux. [...] Il réitère en entrevue ses accusations à l'égard des avocats qui ont transformé les victimes «en prostitués» en leur faisant miroiter de l'argent. Par-dessus tout, il appréhende un courant «antireligion» au Québec. «Cette entente va faire jurisprudence. Toutes les communautés religieuses vont être poursuivies, et on va les mettre en faillite», dit-il.

Nul besoin d'avoir un BAC pour comprendre que pour ce prêtre, la réputation et la survie de l'Église catholique est de loin + importante, que justice soit rendue à des personnes qui furent violées dans leur enfance, par des prêtres et autres hommes d'Église. Le fait qu'il mette beaucoup plus d'énergie à s'en prendre aux victimes qu'à dénoncer les abus sexuels commis par des prêtres pédophiles, illustre parfaitement qu'il en a rien à foutre des séquelles causées aux victimes.

Je suis assez lucide pour savoir que l'Église catholique préfère protéger ses agresseurs; mais de constater qu'un prêtre (que je croyais être un tant soit peu progressiste) banalise autant les dures conséquences découlant d'abus sexuels, m'a fait l'effet d'une douche froide.

Mais en même temps; cela dévoile (une fois de plus) le véritable visage de cette institution liberticide, pourrie jusqu'à l'os, corrompue, misogyne et j'en passe. Cette maudite église préfère servir les intérêts d'agresseurs sexuels, de pédophiles et j'en passe. Je serais la première à sourire si je vois l'émergence d'un courant anti-religion au Québec. Tant mieux si elle en subit les conséquences; c'est tout ce qu'elle mérite !

Source de la citation: http://www.ledevoir.com/societe/justice/338952/victimes-ou-prostitues

4 commentaires:

Anne Archet a dit…

Prêtre progressiste = oxymoron.

Anonyme a dit…

si je comprends bien. le gars dit qu'ils faisait de la prostitution juvénile ?

messemble que le gars s'aide pas ben ben.

ex de gars en cours. "non non, cesser vos accusations, je n'ai violé personne, je faisais que prostituer des enfants"

Anonyme a dit…

Gravel va trop loin. Les victimes sont dans leur droit d'être compensées. Mais il touche un point en croyant que l'odeur de l'argent attirera son lot de fausses victimes.

Janie a dit…

@Anne Archet: C'est pourquoi que j'avais précisé «un tant soit peu progressiste».